Femme objet

Parfois j’ai des difficultés à trouver un titre à un article que je viens d’écrire. Le titre doit être accrocheur et refléter le contenu ou, au contraire, mettre le futur lecteur sur une fausse piste (comme j’ai tenté de le faire avec mon article précédent 😉 ).

Aujourd’hui par contre, je n’ai eu aucun mal à me décider, le titre était tout trouvé.


 

Il y a quelques années, je suis tombée sur le blog d’un mec qui vit avec des poupées. J’ai conservé l’url pour y revenir plus tard et ce n’est qu’aujourd’hui que je m’y attarde enfin. Cette semaine, j’ai parcouru son blog de long en large mais, au début, sans m’intéresser à l’identité du propriétaire. D’instinct, j’étais persuadée que j’avais affaire à un américain de bas étage, du genre vieil ermite aigri et un peu « neuneu », adepte de Trump et fervent défenseur du port d’arme. Ce qui me faisait penser ça ? Son discours misogyne, sa conception de la place de la femme, dans sa vie en particulier. Finalement, lorsque j’ai commencé à lire la page « My story », j’ai appris qu’on avait affaire à un trentenaire suédois et j’en suis tombée sur le cul. Comme quoi, on peut vraiment se tromper…

Donc, avant d’aller plus loin, je vous résume un peu la situation : vous allez découvrir un homme qui, suite à de multiples déceptions amoureuses, a décidé de limiter ses contacts avec le genre humain au strict minimum depuis qu’il a découvert l’existence sur le marché de poupées sexuelles on ne peut plus réalistes. On ne parle pas ici de vulgaires poupées gonflables mais bien de mannequins grandeur nature dont le corps est constitué d’un squelette en métal et recouvert d’un alliage de type caoutchouc, mais en mieux.
Ce type est vraiment un passionné qui a, pour l’instant, fait l’acquisition de 3 poupées, qui pourrait encore étoffer sa collection s’il en ressentait le besoin et qui a décidé de partager sa passion en créant un blog riche en photos et en conseils destinés aux personnes qui, comme lui, voudraient tenter l’expérience. On y trouve également une interview, et j’ai pris l’initiative de vous la traduire. A sa lecture, vous découvrirez tout ce qu’il y a à savoir au sujet de ces poupées à but principalement sexuel. Je précise que les propos tenus dans cette interview n’engagent que ce suédois et que certaines de ses paroles peuvent choquer.

Mon article se poursuit après l’interview.

***

Pourquoi avez-vous ressenti ce besoin d’avoir des poupées ?

Je n’ai plus envie d’avoir des relations avec les gens, ça n’a pas bien fonctionné pour moi par le passé. J’ai pris l’habitude de vivre seul, ça ne me dérange pas. En fait je préfère d’être seul, ça me convient parfaitement. Mais nous avons tous des besoins sexuels, voilà pourquoi j’ai des poupées. Elle peuvent combler ce besoin. Je n’ai plus besoin d’essayer de me lier à quelqu’un. Mais avec mes poupées, c’est plus que simplement pour du sexe. C’est sympa qu’elles soient présentes, j’aime les regarder, dormir à leurs côtés, les câliner la nuit. C’est un peu mon hobby de les habiller, d’essayer différents vêtements et perruques pour qu’elles soient belles. Je les prends en photo, je fais des sortes de roman-photo, j’aime vraiment ça. Grâce à elles, je me sens bien et elles me procurent quelque chose de positif dans ma vie.

 

Vous leur faites l’amour ? C’est comment ?

Oui. Je fais l’amour à mes poupées. Ce n’est pas aussi bien que de faire l’amour à une femme, je le concède. Mais ça vient juste après. Je ne pense pas qu’on aura des poupées ou des robots sexuels dans un futur proche qui permettront d’avoir des sensations aussi bonnes ou meilleures que lors d’un vrai rapport sexuel. Mais puisque les relations humaines ne m’intéressent plus, pour moi, le sexe avec une poupée, c’est parfait. Ca me convient. Le « réel » ne me manque pas.

Vous dormez avec vos poupées ?

Oui. Quand je vais au lit, j’aime avoir quelqu’un à mes côtés. Et j’aime faire des câlins à ma poupée. Cette intimité est vraiment importante.

Eprouvez-vous des sentiments pour vos poupées ?

Non, j’aime mes poupées mais pas d’une manière romantique. Je les aime de la même manière que j’aime mon écran plat, mon pc, ou ma collection de dvd’s.

Vous les rangez où ?

Elles restent dans le décor. Soit allongée sur le lit, soit assise dans le fauteuil en cuir à côté du mien. Il est hors de question que je les range dans un placard. De toute façon je n’ai pas de place pour les ranger nulle part.

Vous les cachez quand vous avez de la visite ?

Pas besoin : personne ne vient chez moi.

Pourquoi en avoir plusieurs ? Combien vous en faut-il ?

J’aime la variété. Il y a tellement de belles poupées, pourquoi se limiter à une seule ? Ce n’est pas comme si je les trompais. Je ne sais pas combien il m’en faut, je suppose qu’une seule suffirait, mais j’en veux plus parce que j’aime vraiment beaucoup les poupées. C’est certain que j’en achèterai encore.

Vous les lavez ?

Oui bien sûr ! Je nettoie leur vagin, les cavités anale et orale après chaque utilisation. Elles passent aussi à la douche au moins une fois par mois, parfois plus souvent.

Vous leur parlez ?

Non. Si je voulais parler, je le ferais avec des humains. Mais je n’en ai pas besoin.

Vous traitez votre poupée comme un être humain ?

Non, comme je l’ai expliqué plus tôt, je ne leur parle pas. Je prends soin d’elles, je les habille, je les douche, je les maquille, etc… Je n’ai jamais fait ça avec un humain.

Vos poupées ont un nom ?

Oui. J’aime qu’il en soit ainsi. C’est pratique. Ca aide quand on partage des photos d’elles et quand je fais des roman-photos. On peut alors les désigner par leur nom plutôt que comme « modèle ».

A quoi ressemble leur vagin ?

Très similaire à un vrai vagin. Suffisamment en tout cas.

Et leur peau, par rapport à une vraie femme ?

Quand on applique du talc sur une poupée TPE, sa peau est vraiment douce au toucher. La sensation est presque identique à celle d’une vraie femme. Mais bien sûr certaines femmes ont une peau plus douce que d’autres.

L’une de vos poupées ressemble-t-elle à quelqu’un en particulier ?

Non, je ne peux pas affirmer que mes poupées aient des traits de ressemblance avec de vraies personnes.

Vous renoncez au vraies femmes ?

Actuellement, à cette période de ma vie, oui. J’ai le sentiment que je n’aurai jamais besoin de revenir aux vraies femmes.

Vous les mettez dans des positions particulières pendant l’acte sexuel ? Elles bougent ?

Oui, il y a un squelette métallique dans leur corps, avec des articulations qui leur permettent de tenir la pose. Elles peuvent même tenir debout seules. Mais elles ne bougent pas seules, pas du tout.

De quoi sont-elles faites ?

Mes poupées sont conçues en TPE (élastomère thermoplastique). C’est un mélange de caoutchouc et de plastique, ce qui donne un semblant de peau, très doux.

Ca coûte combien ?

Celles que j’ai m’ont coûté entre 1200 et 1800$ la poupée.

On achète ça où ?

J’ai acheté les 2 premières chez « My silicone love doll« . La troisième vient de chez « Dolls Castle » (NDLR : fournisseur chinois, site web actuellement inactif).

Vous êtes déjà sorti avec vos poupées ?

Non et je ne le ferai jamais. Ca risque d’attirer sur moi l’attention et ce n’est pas ce que je recherche.

Sont-elles, d’un point de vue anatomique, vraiment correctes ?

Autant que possible, oui. Certaines choses sont vraiment détaillées à l’extrême.

Il y en a une que vous préférez parmi les 3 ? Si oui, pourquoi ?

Non, pour moi elles se valent toutes. Elles sont uniques en leur genre.

Qu’est ce qui vous déplaît chez elles ?

Le fait qu’elles ne cuisinent pas, qu’elles ne font pas le ménage ni la lessive, ni la vaisselle, et qu’elles ne puissent se doucher seules.

Et ce que vous préférez chez elles ?

Le fait qu’elle aient changé ma vie pour le meilleur et qu’elles ne me quitteront jamais.

Vous auriez aimé les avoir plus tôt ?

Oui. Si j’avais eu mes poupées quand j’avais 18 ans, ça m’aurait évité tellement de souffrance dans ma vie, suite à des relations vraiment catastrophiques.

Si elles se cassent, vous pouvez les réparer ? Comment ?

Si je déchire leur peau, je peux recoller ça avec la colle spéciale TPE. Mais si c’est pour un problème plus important que ça, je ne pourrai rien faire car je ne suis pas vraiment bricoleur.

Ca demande beaucoup d’entretien ?

Si vous n’avez qu’une seule poupée, alors ça va encore. Mais si vous en avez 3 comme moi, l’entretien sera proportionnel. Les douches, leur mettre de l’huile corporelle et de la vaseline, et enfin appliquer du talc sur tout leur corps une fois par mois, ça prend du temps et de l’énergie.

Quelle est la durée de vie d’une poupée TPE ?

Ce type de poupée est relativement neuf, donc c’est trop tôt pour le dire. Mais si on en prend bien soin, elles devraient tenir au moins 2 ans. Evidemment, ça dépend aussi de la fréquence à laquelle vous les utilisez et de ce que vous faites avec elles.

Pensez-vous vous débarrasser un jour de vos poupées ?

Non, je ne vois vraiment pas pourquoi je ferais ça.

Quelle est la fréquence de vos rapports sexuels avec vos poupées ?

Peut-être de 1 à 3 fois par semaine. Ca dépend de ma libido.

Vous leur faites l’amour l’une après l’autre ou bien toutes ensemble ?

Une à la fois ! Les trios ou les partouzes ne m’ont jamais intéressé.

Vous pourriez montrer vos poupées « dans la vraie vie » à quelqu’un qui serait intéressé ?

Non, je crains que non. C’est trop risqué. Je ne veux pas révéler mon identité ou que les gens sachent où je vis. Ces poupées valent une petite fortune après tout !

***

 

On l’aura compris, cette personne, même si elle vit seule chez elle, ne souffrira pas du confinement comme c’est le cas pour les autres célibataires en manque de rapports sexuels. En fait ce type avait une longueur d’avance 😮

On peut quand même être intrigué à la lecture de ce témoignage et se poser la question : est-ce que c’est vraiment aussi bien qu’il le dit ?

En 2018, une maison close d’un nouveau genre à ouvert ses portes dans la périphérie bruxelloise : la Premium Sex Dolls House était située à Meise. Le concept ? Le client pouvait passer jusqu’à 1h30 en présence d’une poupée de ce genre et assouvir tous ses fantasmes. L’apparition en Belgique de ce bordel d’un nouveau genre avait attiré l’attention de la presse et de nombreux articles étaient parus à l’époque. Si le succès était au rendez-vous au lancement du concept, le gérant a pourtant décidé de mettre un terme à son activité en début d’année 2020 et quand on va sur son site, on peut à présent acheter ces poupées usagées à moitié prix.

Alors si vous pensez que ça pourrait être votre truc, si vous n’êtes pas dégouté à l’idée de passer après xxx clients, si votre boite aux lettres est assez grande pour accueillir une caisse de la taille d’un cercueil, laissez vous tenter !

Ah oui au fait, pour vous mesdames, et pour nous les T-girls qui ne jurent que par la pénétration anale, il existe aussi 2 modèles mannequin garçon : « James Cock » et « Dick Richards ». Tout un programme ! 😉

4 commentaires

  1. Je ne peux pas participer à l’enquête parce que ce qui me retient d’acheter une est le fait d’avoir une femme bio.
    Si je pouvais j’achèterais dans realdoll.com
    Elle ne va pas donner des excuses, ne va pas demander le divorce et la moitié de ton capital, elle est jeune tout le temps, on peut choisir différents faces, seins, etc.
    Merci pour l’article

  2. Je trouve ça d’une grande tristesse.
    Ça signifie l’impossibilité d’avoir des relations humaines, qu’elles soient sexuelles ou autres.
    Préférer des objets à des gens…….
    C’est une sorte de capitulation devant les difficultés posées par les rapports humains.
    Moi aussi j’ai vécu d’énormes déceptions de la part de mes semblables mais de là à les fuir ….
    Je suis étonné Alexandra de ta réaction finalement assez neutre face à ce comportement
    Un peu comme si c’était un comportement tout à fait normal…..
    Tristesse tristesse tristesse

    • Je n’irai pas jusqu’à dire que je comprends pourquoi cet homme s’est tourné vers cette option de jouet sexuel, mais je ne connais rien de son parcours et je ne me permettrais donc pas de le juger.
      Dans un tout autre contexte, les gens qui en viennent au suicide, c’est aussi quelque chose qui, personnellement, ne me traverserait jamais l’esprit, mais chacun chacune, on réagit différemment aux difficultés. Donc oui, dans le cas présent, je reste neutre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s