Alexandra a fait la gueule pendant les vacances

C’est en mars dernier que j’ai commencé à préparer la 4ème édition de mon Tour de France du Sexe, qui vient de se terminer.

Les automobilistes que je croise sur l’autoroute ne s’en doutent pas, mais, même s’il n’y a qu’une seule entité visible dans l’habitacle, il y a bien 2 personnes dans ma voiture.
Il n’y a qu’à jeter un coup d’oeil au contenu de mon coffre pour comprendre rapidement qu’il y a quelque chose qui cloche : il y a bien trop de bagages pour une seule et même personne.

a20190807_093445
un coffre bien rempli ! 3 allers-retours nécessaires jusqu’à la chambre pour le vider

Comme les années précédentes, tout était planifié dans le but de rendre le voyage le plus agréable possible à Alexandra. Tout ce qu’on lui demandait, c’était de se préparer une fois arrivée à l’hôtel et puis hop, c’était invariablement des sorties en club qui étaient prévues, sorties durant lesquelles elle pouvait s’envoyer en l’air à qui mieux mieux.
Seulement voilà. Tout ne s’est pas passé comme prévu. Les 5 premiers jours, pas de problème, le programme a bien été respecté au Shoushou, à Triel, à l’Atlantide, au Delta (Le Mans) et au B4 (Nantes). Ce fut même très agréable (lisez très chaud) à certains endroits.
Mais une fois arrivée à Limoges, où elle n’avait déjà rien fait l’année dernière, Alexandra m’a fait comprendre qu’elle n’avait pas envie de sortir. Pas envie de me préparer, il fait trop chaud !
Elle préférait visiter la ville, et faire des photos de tourisme. Ah, celle-là, depuis qu’elle a suivi une formation de photo et qu’elle a obtenu son diplôme, elle se prend pour Douglas Kirkland et elle dégaine dès qu’elle repère un insecte ou une gargouille !
Bon ok, on n’ira pas au sauna Chenieux, je veux bien l’admettre, on a déjà eu du sexe pendant 5 jours d’affilée, on a fait de la route, et en plus le club ferme à 19h et il n’y a aucune garantie qu’il y ait du monde sur place. Va pour cette fois !
Ce que je ne savais pas à ce moment c’est que cette réticence se répèterait plusieurs fois au cours du périple.
Après Limoges, la même chose s’est produite 2 jours plus tard à Nîmes, où pourtant on aurait pu découvrir 2 nouveaux endroits sur la journée. Au final, non seulement on n’aura pas visité les clubs, mais on aura même eu du mal à faire un peu de tourisme vu que tous les sites (Pont du Gard, arènes,…) sont payants et assez chers.
Puis notre 2ème jour dans la région de Cannes fut également exempt de découverte coquine. Plutôt que de passer l’après-midi au sauna Aquadisiac comme c’était prévu, nous avons visité des petits villages et photographié des cascades d’eau et des églises.
Mardi à Valence, rebelote ! Pas de sauna Hylas cette année. Mercredi, Alexandra et moi devions aller à Dijon mais j’ai changé l’itinéraire en dernière minute dans le but de me rendre dans la région de Clermont-Ferrand, où se trouve le Clean.
Une fois encore, j’ai bien été à Clermont, mais pas au Clean. Alexandra me susurrait à l’oreille : « Souviens-toi, on a déjà été 2x là bas et, mis à part discuter avec les sympathiques serveuses qui d’ailleurs ne bossent plus là, on n’avait rien fait ! »
Difficile d’argumenter contre ça, d’autant que c’est la vérité. Mais le comble du comble restera la dernière date de la tournée, à Nancy : je me faisais une joie de découvrir le sexshop 87 où se tenait, justement le jour de notre présence, une journée spéciale Trav. Les avis des internautes étaient élogieux quant à l’endroit aménagé sur 3 niveaux. C’aurait été une merveilleuse opportunité pour terminer la tournée en beauté.
Et bien non, là non plus, Alexandra n’a pas daigné y mettre les pieds. La fatigue du voyage n’y est pour rien puisque nous avons passé la journée à visiter la ville de fond en comble pendant plusieurs heures.

De cette expérience découleront 2 choses principales : tout d’abord, ne vous attendez pas à une avalanche de nouvelles adresses ni à une tonne de récits coquins : je n’ai pas grand chose à raconter à ce sujet. Par contre, je suis à présent incollable sur les cathédrales et autres basiliques de toutes les régions visitées.

La seconde conséquence de ce voyage en demi-teinte, c’est que c’était probablement la dernière fois que j’organisais un Tour de France pour Alexandra. Vu la manière dont elle m’a remercié, j’ai perdu toute motivation pour réitérer l’expérience une 5ème fois.

Même les meilleures choses ont une fin.

Un commentaire

  1. J’aurais quand même bien vu Alexandra se faire sautée sur le Pont du Gard, se faire « encornée » dans les arènes de Nîmes ou s’exhibée nue à Cannes devant l’entrée du Carlton. Aahhh cette Alexandra quand même… pffffff… hihihihihi……
    Prisca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s